Militaires à Niedernai  le 12 décembre 1918                             photo anonyme
Les pilotes et observateurs de l'escadrille MS 12 posent devant un Morane-Saulnier LA en 1915. De   gauche   à   droite   :   Ltt   Paul   Gastin   (pilote)   -   Ltt   Paul   Jacottet   (observateur)   -   Cne   Le   Révérend (pilote   et   futur   chef   du   groupe   de   combat   11)   -   Adj   Pierre   Clément   (pilote)   -   Cdt   Charles   Tricornot de   Rose   (pilote   et   commandant   de   l'aéronautique   de   la   5ème   armée)   -   Adj   Georges   Pelletier d'Oisy (pilote) - Ltt Fenn (observateur) - Ltt Raymond de Bernis (pilote) -   Ltt René Chambe (observateur)     -    Sgt    Jean    Navarre    (pilote)    -    MdL    René    Mesguich    (pilote)    -    Ltt    Paul    Moinier (observateur) - Ltt Gabriel Pelège (observateur). Photo SHD section Air de Vincennes.
Par   des   chemins   détournés,   poursuit   René   Chambe,   nous   avons   évité   de   traverser   Obernai,   puis   le   village   de Niedernai.   Personne   ne   nous   a   vus.   Nous   sommes   maintenant   sur   le   terrain   d’aviation   ennemi   de   Niedernai.   Il   est midi. VOIR DOCUMENT OFFICIEL N° 48 DU 18 SEPTEMBRE 1918. Le   terrain   est   désert.   C’est   une   prairie   qui   touche   aux   lisières   du   village.   Les   hangars   en   bois,   du   type   allemand, bien   reconnaissables   avec   leurs   portes   à   rabat,   sont   intacts.   Pas   un   avion.   Ils   sont   tous   partis,   mais   les   empreintes récentes   de   leurs   roues   sont   encore   visibles   sur   l’herbe   écrasée.   Un   tas   de   cendre   fume   encore   sur   le   sol.   Sous   un appentis,   une   forge   de   campagne,   abandonnée,   porte   dans   son   foyer   des   braises   imparfaitement   éteintes.   La bauge   est   encore   chaude.   A   circuler   ainsi   sur   le   terrain   de   nos   adversaires   directs,   dans   ce   silence,   dans   cette atmosphère   de   retraite,   de   fuite,   nous   éprouvons   une   impression   indéfinissable.   Nous   nous   attendons,   à   chaque instant,   à   voir   apparaître   des   silhouettes   de   feldgrau,   de   mécaniciens   ou   de   quelconques   gardiens.   Mais   non,   rien, le   vide.   Nous   visitons   un   par   un   les   hangars   béants,   leurs   grandes   portes   rabattues;   nous   parcourons   en   tout   sens la   piste.   Tout   est   en   ordre,   rien   n’a   été   détruit   ni   saboté.   L’ennemi   a   tenu   strictement   ses   engagements.   Il   se   soucie peu   d’y   manquer,   la   force   de   l’armée   française   est   entière   et   les   représailles   seraient   immédiates.   Au   bout   du champ,   près   de   la   route,   se   dresse   une   véritable   cage   en   fils   de   fer   barbelés.   Nous   apprendrons   bientôt   que   là   était un   camp   de   prisonniers   russes   où   les   malheureux   étaient   traités   comme   des   forçats.   malgré   la   paix   de   Brest- Litwosk,   l’Allemagne   avait   conservé   de   nombreux   prisonniers   des   armées   tsaristes,   sans   doute   pour   travailler   dans ses mines, ses cultures, ou, à l’entretien de son réseau routier et de ses retranchements.   Un petit ait frondeur Notre   visite   achevée,   nous   nous   dirigeons   vers   le   village   de   Niedernai,   dont   une   issue   donne   directement   sur   le terrain   d’aviation.   Nos   allées   et   venues   prolongées   ont   été,   à   la   longue,   remarquées.   Un   groupe   d’enfants   nous observent   curieusement   de   loin.   Nos   culottes   rouges,   nos   képis,   les   intriguent.   A   notre   approche,   ils   s’éparpillent comme   une   volée   d’oiseaux   et   disparaissent   derrière   les   maisons.   Mais   d’autres   ont   dû   donner   déjà   l’éveil,   car, lorsque   nous   allons   pénétrer   dans   le   village,   nous   nous   trouvons   nez   à   nez   avec   plusieurs   habitants   qui   se   hâtent   à notre   rencontre.   L’un   deux,   aux   cheveux   blancs   taillés   en   brosse,   nous   invite   à   venir   chez   lui.   Il   s’appelle   Stanislas Muller. Il   est   charmant   ce   village,   délicieux,   et   tellement   alsacien   !   Les   maisons   sont   coiffées   de   grands   toits   à   auvents, couvertes   de   vieilles   tuiles   plates.   Les   façades   laissent   apparaître,   dans   la   pierre   et   le   ciment,   l’entrelacs   des poutrelles   peintes   en   brun   ou   en   vert   foncé.   Des   balcons   de   bois   courent   d’un   angle   à   l’autre,   au-dessus   des portes.   Oui,   il   est   tellement   alsacien,   tellement   de   vrai   style   du   pays,   qu’il   semble   arrangé,   pas   vrai,   dessiné   exprès par Hansi. Et   puis,   il   a   un   petit   air   personnel,   ce   village,   un   petit   air   frondeur   avec   ses   un   peu   au   hasard,   de   guingois,   à   la volonté   de   chacun,   va   comme   je   te   pousse,   comme   si   elles   avaient   refusé   de   se   soumettre   à   l’alignement,   de   se plier à la lourde discipline de l’oppresseur.
T ous veulent nous voir Rien   ne   manque   à   ce   village   pour   être   vraiment   de   vieille   Alsace,   rien pas   même   la   chaîne   des   Vosges   qui   est   là,   tout   près,   barrant   haut   le ciel   de   son   écran   bleu   sombre.   Et   justement,   l’éperon   majestueux   du mont   Ste   Odile,   couronné   de   son   blanc   monastère,   domine   ses   toits comme   un   symbole.   Au   soir   tombant,   l’ombre   de   la   montagne   sacrée doit   les   couvrir   comme   une   aile.   Et,   à   l’aurore,   parmi   toutes   les   voix   des cloches   de   la   plaine   d’Alsace,   que,   de   là-haut,   écoutaient   les   Oberlé, celles   de   Niedernai   doivent   être   des   premières   à   atteindre   du   sainte Odile.    Nous    sommes    sur    une    petite    place.    La    foule    a    grossi.    La nouvelle    de    notre    arrivée    s’est    répandue    comme    une    traînée    de poudre.   De   toutes   les   maisons,   des   gens   sortent   et   se   précipitent.   Tous veulent   nous   voir,   nous   entendre,   toucher   nos   mains.   Ils   parlent   tous   à la   fois,   en   patois   alsacien,   en   français.   Nous   ne   savons   à   qui   répondre. Bientôt,   nous   ne   pouvons   plus   faire   un   pas,   nous   sommes   entourés, étouffés.   Devant   nous,   Stanislas   Muller   s’efforce   en   vain   de   nous   ouvrir le    passage.    Cependant,    la    foule    s’écarte.    Un    nouveau    personnage vient    d’apparaître.    C’est    le    bourgmestre,    le    maire,    comme    l’on    dit toujours   ici.   Il   est   de   haute   stature,   avec   les   cheveux   blancs   et   les   yeux gris.
Lui   aussi,   il   s’appelle   Muller,   Xavier   Muller.   Le   chapeau   à   la   main,   très ému,   il   s’exprime   correctement   en   français.   Il   est   désolé,   il   s’excuse   de ne   pas   être   arrivé   le   premier,   il   ne   savait   pas,   on   lui   avait   dit   que   les troupes françaises ne seraient là que le surlendemain. “   -   Nous   vous   avons   laissés   entrer   sans   un   drapeau,   sans   une fleur,    sans    rien    !    Je    ne    m’en    consolerai    jamais    !    Vous    avoir attendus   pendant   quarante   huit   ans   ...   et   puis   voilà   ....   et   puis   voilà ! .. .   Mais   l’autre   Muller   nous   tire   par   la   manche.   Nous   sommes   devant   chez lui.   C’est   une   petite   maison   basse,   avec   un   grand   toit   débordant   sur   la rue.   Au-dessus   de   la   porte,   une   inscription   en   lettres   brunes   :   auberge Stan   Muller.   En   français,   cette   inscription   ?   Stanislas   Muller   a   surpris notre étonnement. Une flamme brille dans ses yeux. “ -
L’ancien   maire,   mais   certainement   on   ne   peut   pas   !   Où   avait-il   la   tête,   il   n’y   avait   plus   pensé   dans   sa   joie   !   Il   fallait   y   aller   tout   de   suite   !   Pauvre   homme,   c’est   bien   lui qui méritait le plus en effet, le bonheur d’embrasser le premier, les Français ! “ Voilà les Français !  Je vous attendais ! “ Et   nous   repartons   tous   en   cortège.   Nous   marchons   en   tête,   encadrés   par   les   deux   Muller.   Hommes,   femmes,   enfants,   toute   la   foule   nous   suit.   Elle   n’est   pas   loin,   la maison   de   l’ancien   maire,   elle   est   là,   sur   la   place.   Nous   y   sommes   en   deux   pas. Au-dessus   de   quelques   marches,   un   cep   de   vigne   décore   l’entrée.   La   porte   s’ouvre d’elle-même.   On   nous   attendait.   C’est   une   bonne   vieille,   avec   un   grand   nœud   d’Alsacienne,   qui   nous   accueille.   Deux   autres   femmes   sont   derrière   elle,   et   aussi   un jeune   gars   aux   joues   rouges,   intimidé.   Tout   ce   monde   s’efface,   nous   sourit   et   nous   dit   :   “   -   Venez   !   Venez   !   Venez   vite   !   “   La   bonne   vieille   trottine   devant   nous   sur   les carreaux   cirés,   pousse   une   porte   et   nous   fait   pénétrer   dans   une   chambre.   Dans   un   fauteuil,   près   de   la   fenêtre,   est   assis   un   vieillard,   immobile,   presque   inerte.   Il   est coiffé   d’une   toque   de   fourrure   et   ses   jambes   sont   enveloppées   d’une   couverture.   Son   visage   est   comme   un   vieil      ivoire.   Il   a   plus   de   quatre-vingts   ans. A   notre   entrée,   il n’a   pas   fait   un   mouvement,   mais   on   nous   a   conduits   devant   lui,   alors   ses   yeux   se   sont   agrandis,   il   a   cherché   à   se   redresser,   mais   ses   forces   le   lui   ont   refusé.   Seuls, ses   bras   se   sont   levés   lentement,   avec   ses   mains   où   saillent   de   grosses   veines   bleues.   Et,      un   instant,   nous   ne   voyons   plus   que   ces   pauvres   mains   toutes tremblantes   qui   battent   l’air.   Derrière   nous,   la   chambre   s’est   remplie.   On   fait   signe   de   faire   moins   de   bruit,   le   vieillard   parle.   Il   parle   d’une   voix   faible   mais   très   distincte :      “   -   Vous   voilà   !   Voilà   les   Français   !   Je   vous   attendais,   ah   !   j’en   étais   bien   sûr   !   ...   J’ai   eu   raison   de   ne   pas   désespérer   ... A   présent,   je   peux   mourir,   je   ne voulais   pas   ...   avant   ...    “.   De   lourdes   larmes   coulent   sur      son   visage.   Il   nous   attire   vers   lui   pour   nous   embrasser.   Je   me   relève,   la   figure   toute   mouillée   de   ses   pleurs. Mais   ces   larmes,   je   ne   les   essuierai   pas,   je   ne   lui   ferai   pas   l’injure   de   les   essuyer.   Nous   les   avons   attendues   trop   longtemps,   nous   aussi,   ces   larmes   de   joie   de l’Alsace,   elles   sècheront   sur   mes   joues.   On   a   apporté   des   verres   et   une   bouteille   à   long   col.   Le   vin   du   Rhin,   du   Rhin   français,   pétille   gaiement.   Et,   pour   la   première fois,   nous   trinquons   à   la   victoire   en   territoire   reconquis.   En   descendant   les   marches   du   perron,   Xavier   Muller   nous   explique   que   l’ancien   maire,   à   qui   nous   venons   de rendre   visite,   a   exercé   les   fonctions   de   bourgmestre   pendant   plus   de   trente   cinq   ans,   presque   depuis   l’annexion   jusqu’à   la   veille   de   la   guerre.   Toute   sa   vie,   il   a   cru   au retour   de   la   France,   il   n’a   vécu   que   dans   cet   espoir.   Il   le   disait   à   tout   le   monde,   même   aux Allemands.   Et,   quand   la   guerre   a   éclaté   le   3   août   1914,   tout   de   suite   il   a   été certain de la victoire. “   -   Quand,   voilà   trois   ans,   il   a   été   pris   par   la   paralysie,   il   a   fait   pousser   son   fauteuil   près   de   la   fenêtre.   Il   n’en   a   plus   bougé,   disant   que,   de   là,   il   verrait   arriver les   Français   vainqueurs,   qu’il   serait   le   premier   à   les   voir,   qu’il   était   sûr   qu’ils   viendraient.   Et   il   vous   a   vus   de   derrière   sa   vitre   !   ...   Sa   femme   me   racontait tout   à   l’heure   que,   lorsqu’il   vous   a   aperçus   avec   vos   culottes   rouges,   il   a   fermé   les   yeux   comme   s’il   était   mort.   Il   venait   de   les   rouvrir,   quand   nous   sommes entrés  “.
“ Les Allemands les ont volées “ Stanislas   Muller   est   joyeux.   Il   nous   a   fait   pénétrer   enfin   dans   son   auberge.   Une   partie   du   village   s’y   est   glissée   à   notre   suite.   C’est   une   salle   basse   avec   de   longues tables   de   chêne   lustrées   et   polies   par   l’usage.   Elle   prend   jour   par   des   fenêtres   carrées,   garnies   de   rideaux   à   damiers   rouges   et   blancs   et   de   pots   de   géraniums   en fleurs.   Un   gros   poêle   tient   tout   le   milieu   et   sa   douce   chaleur   met   une   buée   contre   les   vitres.   Stanislas   Muller   s’empresse,   entouré   de   ses   filles,   dont   l’une   est   dans   un état   de   bonheur   et   d’exaltation   extrême.   Ne   vivait-elle   pas,   en   effet,   en   France,   étant   institutrice   des   enfants   du   colonel   de   Saizieu,   commandant   le   12e   hussards   ?   La déclaration   de   la   guerre   l’a   surprise   ici,   en Alsace,   où   elle   était   en   vacances.   Elle   n’a   pas   pu   revenir.   Pendant   près   de   cinq   ans,   elle   a   vécu   à   Niedernai,   passant   par des   alternatives   d’espoir   et   de   crainte,   mais   jamais   de   découragement,   attendant   l’heure   du   succès   de   nos   armes   dont,   elle   aussi,   elle   n’a   jamais   douté.   C’est   elle   qui a   été   l’âme   de   ce   village,   allant,   venant,   visitant   les   voisins,   relevant   leur   courage,   organisant   la   résistance   aux   vexations   des   autorités   allemandes,   prêtant   l’oreille quand   le   vent   d’ouest   apportait   le   roulement   du   canon   sur   les   Vosges.   Elle   s’affaire,   gourmande   son   père   et   ses   sœurs,   dispose   des   verres,   nous   avance   des   chaises. Mais   le   curé   vient   d’entrer.   On   s’écarte   pour   le   laisser   passer.   Il   s’est   découvert   et   les   boucles   de   ses   cheveux   blancs   lui   font   une   couronne   d’argent   autour   de   la   tête.   Il a   les   traits   énergiques   et   tourmentés   et,   dans   ses   yeux   bleus,   brille   le   feu   d’une   âme   ardente.   C’est   l’abbé   Joseph   Zimmer,   curé   de   la   paroisse.   Il   a   ouvert   lentement les   bras   et   sa   voix   tremble   :   “   -   J’ai   connu   l’Alsace   française,   dit-il .   Je   l’avais   perdue. Aujourd’hui,   je   la   retrouve.   Que   le   saint   nom   de   Dieu   soit   béni   !   “.      Il   peut à   peine   se   soulever.   “   -   Soyez   bénis   aussi,   messieurs   “.   Il   se   désole   de   n’avoir   pu   sonner   les   cloches   à   notre   entrée;   il   n’en   a   plus.   Plus   de   cloches   !   Les Allemands les   lui   ont   emportées,   volées.   Pour   fondre   des   canons   ?   Non,   pas   pour   fondre   des   canons,   pour   les   empêcher   de   fêter   la   victoire   !      Nous   le   consolons   en   l’assurant que,   mieux   que   le   son   des   cloches,   le   mutisme   de   ces   clochers   d’Alsace   si   bassement   cambriolés,   mutilés   par   l’ennemi,   est   plein   de   grandeur.   Ce   silence,   c’est   la dernière   marque   de   l’oppression.   “   -   Et   bientôt,   monsieur   le   curé,   des   cloches   françaises   sonneront   en   liberté   dans   le   clocher   de   Niedernai,car   celles   que   les Allemands vous ont volées, la France soyez-en sûrs, vous les rendra ! Nous vous le promettons ! “ ( La promesse a été tenu ).
DU KIRSCH FRANÇAIS DE L’ AN SEPTANTE I l   est   deux   heures   de   l’après-midi.   Quelqu’un   s’avise   alors   que   nous   n’avons   peut-être   pas   déjeuné.   Nos   mensonges   maladroits   ne   trompent   personne   et   c’est,   tout de   suite,   un   affolement.   Malgré   os   protestations,   on   se   hâte,   on   court,   chacun   ayant   à   cœur   de   nous   apporter   quelque   chose.   Rien   n’est   assez   beau,   assez   bon   pur nous   !   Une   nappe   blanche,   brodée   de   grosses   roses   rouges,   a   fleuri   sur   la   table.   Vingt   mains   veulent   à   la   fois   nous   servir,   disposer   les   assiettes,   les   verres,   les bouteilles,   les   couteaux,   les   fourchettes.   Et   voilà   que,   pour   nous,   renaissait   à   la   lumière,   extraites   de   cachettes   profondes,   des   provisions   farouchement   conservées   et qui   sont   l’égal   de   véritables   trésors. A   chaque   instant   la   porte   s’ouvre,   livrant   passage   à   quelque   habitant,   porteur   d’une   merveille   inattendue   qui   soulève   les   rires   et les   applaudissements   de   la   salle.   En   voici   un   qui   tend   à   bout   de   bras   un   jambon   tout   entier,   un   autre   des   œufs,   un   autre   un   morceau   de   pain   blanc.   Dieu   !   du   pain blanc, comment a-t-il pu faire ? On l’acclame. Un   autre   apporte   du   café,   du   vrai   café,   avec   du   vrai   sucre,   un   autre   des   sardines   en   boîte,   un   autre   du   chocolat.   On   rit   de   plus   belle,   tout   ça   que   les   Allemands n’auront   pas   eu,   n’auront   pas   su   trouver   !   Une   jeune   fille,   rougissante,   dépose   près   de   nous   une   superbe   tarte,   une   tarte   aux   pommes   bien   dorée,   qu’elle   vient   de cuire à la minute. Une immense ovation la salue. Ils m’appelaient “ tête carrée “ Derrière   nous,   on   entend   chanter   l’omelette   dans   la   cuisine.   Notre   soldat-conducteur,   lui   non   plus,   ne   sera   pas   oublié.   Ils   se   sont   tous   mis   en   rond   autour   de   nous,   les premiers   rangs   assis,   les   autres   debout   et   ils   nous   regardent   avec   des   yeux   ravis.   certains   sont   montés   sur   des   bancs,   contre   les   murs,   la   tête   touchant   le   plafond, pour   mieux   voir.   Mais   d’abord   il   nous   a   fallu,   à   tous,   leur   serrer   la   main,   tandis   qu’ils   se   nommaient   :   Weber,   Muller,   Lutz,   Strube,   Riegler,   Heim,   Wächter,   Wintz, encore   Muller,   encore   Lutz.   Les   uns,   les   vieux,   les   vieilles,   nous   adressaient   quelques   mots   de   bienvenue,   et   les   autres,   les   plus   jeunes,   ne   sachant   pas   parler français,   nous   souriaient   de   tout   cœur.   Nous   vivons   une   sorte   de   rêve.   Nous   goûtons   à   peine   à   tout   ce   qu’on   nous   offre.   C’est   si   touchant,   si   doux,   ce   retour   en Alsace,   et   si   magnifiquement   pareil   à   tout   ce   que   nous   avions   espéré   !   Où   sommes-nous   ?   Quels   sont   tous   ces   visages   penchés   sur   nous   ?   Ne   sont-ils   pas   échappés des livres d’Erckmann-Chatrian, d’Alphonse Daudet, de René Bazin, de Maurice Barrès et des chansons de Délourède ? Près   de   nous,   Stanislas   Muller   nous   conte   de   bonnes   histoires   d’Alsace,   vieux   souvenirs   déjà   !   de   mystifications,   de   mauvais   tours   joués   aux   Allemands.   “   -   Ils m’appelaient   Tête   Carrée   ...    “      “   -   Ah   !   il   leur   en   a   fait   voir ,   coupe   Xavier   Muller.   Il   aurait   pu   dix   fois   être   fusillé   !    “      “   -   ..   Un   jour,   tenez,   il   y   en   avait   deux,   deux officiers   du   service   des   étapes,   attablés   là   où   vous   êtes,   un   gros   et   un   maigre.   Il   n’y   avait   déjà   plus   rien   en Alsace   à   cette   époque,   tout   avait   été   ramassé, raclé. Au   milieu   du   repas   ils   me   réclament   du   poulet.   -   Du   poulet,   que   je   leur   dis,   non,   mais   vous   vous   fichez   du   monde   !   Où   voulez-vous   que   j’en   prenne, moi   du   poulet   !   -   Juste   à   ce   moment,   voilà-t-y   pas   que   mon   coq   se   met   à   chanter   au   fond   de   la   cave,   un   coq   auquel   je   tenais   beaucoup   et   que   j’avais caché.   -   Ah   !   mes   amis,   les   voilà   tous   les   deux   qui   se   regardent,   qui   me   regardent   d’un   air   furieux.   Ils   attrapent   leurs   sabres,   dégringolent   l’escalier comme   des   fous,   cherchent   la   porte   de   la   cave,   la   trouvent,   la   cognent,   la   recognent,   réussissent   à   l’ouvrir.   Le   coq   affolé   leur   saute   à   la   figure   et   remonte l’escalier   plus   vite   qu’eux,   enfile   le   corridor   et   le   voilà   dans   le   jardin   !   Si   vous   aviez   vu   cette   chasse   !   -   Le   coq   a   sauté   sur   le   toit   du   hangar,   de   là   chez   Lutz et,   va   te   faire   lanlaire   !   Ils   n’ont   jamais   pu   le   retrouver.   Ils   sont   rentrés,   écumant   de   colère   et,   en   guise   de   paiement,   ils   ont   cassé   les   vitres   à   coup   de revolver.   -   Et   le   coq   ?   -   Mon   coq,   il   est   revenu   deux   jours   après.   Je   l’ai   toujours. Au   fait,   je   vais   le   remettre   en   liberté,   maintenant   qu’il   est   français   “.       Et   tout le   monde   de   rire.   Même   ceux   qui   n’ont   pas   compris   un   seul   mot   de   cette   histoire,   mais   cependant   s’esclaffent   debout   sur   les   bancs   et   s’envoient   force   bourrades.   Un jeune   gars   vient   d’entrer.   Il   dit   quelques   mots   en   patois   alsacien   que   nus   ne   comprenons   pas.   Une   tempête   de   cris,   d’acclamations   et   de   quolibets   accueille   son   récit. Que   se   passe-t-il   ?   Le   curé   m’explique   qu’il   y   avait   encore   un   officier   allemand   dans   une   maison   à   l’autre   bout   du   village,   un   officier   gestionnaire   resté   avec   deux soldats,   pour   remplir   les   dernières   formalités   administratives.   Quand   on   lui   a   appris   que   les   Français   arrivaient,   il   a   ramassé   en   hâte   ses   papiers   et   prit   le   large.   Il court   encore.   C’est   le   dernier   représentant   de   l’autorité   allemande   qui   déguerpit.   Près   de   nous   a   pris   place   un   personnage   en   jaquette   noire   que   je   n’avais   pas,   tout d’abord,   identifié,      bien   qu’il   se   fut   présenté   avec   force   manifestations   d’enthousiasme.   Le   curé   Zimmer   me   renseigne   :   c’est   Weber,   l’instituteur.   L’instituteur.   Diable   ! mais   celui-là   doit   la   représenter,   l’autorité   allemande   !   Je   l’observe   à   la   dérobée.     A   la   nouvelle   de   la   fuite   de   l’officier   gestionnaire,   il   rit   plus   fort   que   les   autres,   il   en pleure de joie dans son mouchoir. Invinciblement, ma pensée se reporte aux pages si poignantes d’Alphonse Daudet : “ La dernière classe “.
Je   me   tourne   vers   l’instituteur   :   “   -   A   quand   la   première   classe   en   français,   Monsieur   l’instituteur   ?   -   Mais,   dès   demain,   Monsieur   l’officier,   dès   demain   et   avec quel   bonheur   !   “.   L’abbé   Zimmer,   qui   ne   manque   pas   de   finesse,   me   pousse   le   coude.   “   -   Vous   savez   que   c’est   un Alsacien,   il   est   du   pays.   Ici,   comme   dans   bien d’autres villages, on n’aurait jamais supporté un maître d’école allemand. Nous avions leurs gendarmes, ça suffisait “. Comme on porte un enfant Mais   Enslen   me   regarde.   Il   a   raison,   il   est   tard.   Je   veux   me   lever,   donner   le   signal   du   départ.   Mais   comme   tout   à   l’heure,   tous   les   bras   se   tendent   aussitôt   pour   nous barrer le passage, toutes les voix protestent. Des sourires, malicieux, il me semble, courent sur les visages. “ - Non, non ! Pas encore, restez, restez toujours ! “. Voilà   justement   une   vieille   bonne   femme,   toute   menue,   qui   arrive   avec   une   bouteille.   Elle   la   porte   avec   précaution,   comme   on   porte   un   enfant,   couchée   su   son   bras. Un   rire   muet   et   un   peu   grave   entrouvre   sa   bouche   édentée.   Quels   bons   yeux   elle   a   !   Tout   timides   et   tout   simples.   Elle   a   posé   la   bouteille,   noire   et   poussiéreuse devant   nous,   sur   la   table,   puis   elle   s’est   assise,   doucement   sans   rien   dire.   Elle   nous   observe   en   silence,   frottant,   l’une   contre   l’autre,   ses   mains,   ses   pauvres   mains toutes   nouées   de   rhumatismes.   Et   soudain,   de   ses   yeux   roulent   deux   larmes,   de   ces   larmes   si   tristes   des   vieillards.   “   -   Voilà,   dit-elle,    c ’est   du   kirsch   et   puis   du kirsch   français   ...   du   kirsch   du   temps   que   nos   cerisiers   ils   ont   été   français   pour   la   dernière   fois.   Il   est   de   septante.   Quand   mon   mari   il   l’a   mis   en   bouteille, nous   étions   jeunes   mariés,   il   a   dit   comme   ça   :   celui-là,   on   le   boira   pas   en   Prusse,   on   le   boira   en   France   ici,   qu’il   a   dit,   ici   à   Niedernai,   quand   les   Français seront   revenus.   On   le   boira   avec   eux.   Si   je   suis   plus   là,   tu   garderas   la   bouteille,   tu   boiras   avec   eux.   Avec   eux,   qu’il   a   dit   “.   Elle   reste   là,   de   nouveau silencieuse,   immobile.   Ses   mains,   elles-mêmes,   ne   bougent   plus,   ouvertes   sur   la   table.   Et   nous   ne   voyons   plus   que   ces   deux   larmes   brillantes   qui   se   sont   arrêtées   en chemin   sur   ses   joues.   Ce   kirsch,   nous   l’avons   bu,   debout,   tous   ensemble,   mais   celui   qui   l’a   mis   en   bouteille   n’était   pas   là.   Nous   nous   sommes   penchés   vers   le   curé   :   -   Espérons,   Monsieur   le   curé,   que   ceux   qui   n’ont   pas   eu   le   temps   de   nous   voir   et   sont   couchés   là-bas,   au   cimetière,   ont   aussi   leur   part   de   victoire   “.   L’abbé Zimmer   nous   a   serré   la   main   avec   force.   “   -   Soyez-en   sûrs   !   “.   Et   sa   voix   s’est   faite   profonde   pour   ajouter   :   “   -   Ah   !   comme   c’est   bien   que   la   France   ait   eu aujourd’hui cette pensée pour eux “. Venez, Mon capitaine Il   est   près   de   quatre   heures.   Le   soleil   décline   derrière   les   vitres.   Il   faut   partir.   Nous   nous   levons,   décidés.   Mais   aussitôt   tous   les   bras   sont   en   l’air.   Non,   non,   ils   ne sortiront   pas   !   Et   toujours   ces   bons   sourires   pleins   de   mystère,   ces   yeux   gris   d’Alsaciens   plissés   par   une   joie   malicieuse.   Mais,   à   la   fin,   qu’ont-ils   donc   ?   Justement,   la porte   sur   la   rue   vient   de   s’ouvrir   à   deux   battants,   Mlle   Muller   fait   irruption,   triomphante   :   “   -   Cette   fois,   ils   peuvent   venir   !   Laissez   les   maintenant   !   Venez,   mon capitaine, venez, messieurs ! “. Comment décrire ? La   petite   place   est   noire   de   monde.   Le   village,   tout   à   l’heure   sans   drapeaux   n’est,   à   présent   qu’une   lumière   tricolore.   Les   drapeaux   ont   surgi   des   fenêtres,   de   toutes les   fenêtres,   et,   avec   eux,   des   guirlandes   de   feuillage   et   de   papier,   de   lanternes   vénitiennes,   tendues   d’une   façade   à   l’autre.   En   moins   d’une   heure,   la   place,   les   rues se   sont   pavoisées,   transformées.   Tandis   qu’on   nous   retenait   dans   l’auberge,   toute   la   population   s’est   acharnée   à   cette   besogne.   Tout   le   monde   s’y   est   mis,   de   tout son   cœur.   Combien   touchants,   certains   de   ces   drapeaux   !   Nous   en   voyons,   dont   les   trois   couleurs   ne   sont   pas   très   bien   à   leur   place,   le   rouge   entre   le   bleu   et   le   blanc, ou   le   rouge   cloué   contre   la   hampe,   ou   bien   encore   les   couleurs   disposées   en   travers   au   lieu   d’être   en   hauteur.   Mais   ceux-là,   ce   sont   bien   les   plus   émouvants...   Notre apparition   sur   le   seuil   est   saluée   d’un   cri   vibrant   ;   “   -   Vive   la   France   !   “.   La   plupart   des   femmes   et   des   jeunes   filles   ont   revêtu   leur   costume   d’Alsacienne.   Ce   ne   sont que   grands   nœuds   noirs   qui   palpitent,   corselets   de   velours,   jupes   rouges   des   catholiques,   jupes   vertes   des   protestantes.   Et   soudain,   un   chant   qui   nous   serre   le   cœur. L’instituteur   a   escaladé   le   perron   de   l’ancien   maire.   Chef   d’orchestre,   les   bras   levés,   il   donne   le   signal.   Les   strophes   de   la   “   Marche   lorraine   “,   dont   les   paroles   ont   été quelque   peu   arrangées   pour   l’occasion,   montent   d’un   seul   élan   vers   le   ciel   :   “   -   Ils   n’ont   pas   eu   l’Alsace   et   la   Lorraine,   Car   notre   cœur   est   demeuré   français   !   Ils n’ont   pas   eu   l’Alsace   et   la   Lorraine,   Et,   malgré   eux,   nous   sommes   toujours   français   !   “.   Hommes,   femmes,   enfants,   tout   le   monde   chante   à   pleine   voix.   Tandis que   nous   restons   pétrifiés,   la   main   à   la   visière,   j’entends   Stanislas   Muller   me   dire   :   “   -   Et   bien   !   j’espère   qu’après   ça   la   France   ne   nous   fera   plus   cette   injure   dont parlent   vos   journaux   !      -   Comment   ?   Quelle   injure   ?   -   De   faire   un   plébiscite   pour   savoir   si   nous   voulons   être   Français   !   “.   Mais   Xavier   Muller   lui   a   donné   une rude claque sur l’épaule :  “ - Ah Tête Carrée, tu grogneras donc toujours ! “. Enslen,   Fichot   et   moi,   nous   nous   cherchons   des   yeux.   Mais   qu’ont   donc   leurs   regards   à   être   si   troubles,   je   les   distingue   mal   ?   Le   mien   aussi   peut-être...   Nous pleurons tous les trois. René CHAMBE.
2 décembre 1918 à Niedernai ( devant le poste de garde ).
Terrain d’aviation et village de Niedernai - photo aérienne du 2 septembre 1918. (source : Le Populaire du Centre - collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier).
Type de terrain d’aviation et baraques allemands ayant pu exister à Niedernai (source : France 3 - Photo via Eric Jansonne, président des «Ailes historiques du Rhin».
Rue Principale
TERRAIN D’AVIATION
Rue Laendry Rue des Oiseaux
Baraques ayant encore servies pendant la guerre de 39 - 45 pour les prisonniers russes.
Rue des Pierres
NIEDERNAI
Rue de Meistratzheim Rue Loewert Rue de la Forêt
TERRAIN D’AVIATION
Page du carnet de vol ouverte au 11 novembre 1918 du sergent Jean Marie Belleil. «Lundi 2 - Déplacement Colmar - Nidernheim - 1 atterrissage - 40' - 1000»
01 novembre 1918 - Soldats hongrois - photo prise Rue des Pierres  (collection privée M.Martin Adam)
Rapports du 03 octobre 1918 mentionnant le terrain d'aviation de Niedernai
1918 - Soldats hongrois à Niedernai - Au centre, Anne Adam née Lutz  (collection privée M. Martin Adam)
Le   capitaine   René   Chambe,   au   centre   sur   le   document,   pose   pour   la   photo   de   famille.   Il   est   entouré   de   deux Niedernoises,   Mlles   Angèle   et   Hilda   Wintz.   Au   premier   rang,   à   gauche   du   curé   Joseph   Zimmer,   le   maire   Xavier Muller,   quelques   membres   du   conseil   municipal   et,   à   l’extrême   droite,   M.   Michel   Wintz,   instituteur   et   secrétaire   de mairie.                       (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
2 décembre 1918 - accueil des premiers soldats frabçais à Niedernai. Au premier plan le capitaine d’aviation René CHAMBE. A gauche Albert BRUNISSEN, frère de Mgr BRUNISSEN évêque de Sainte Odile, qui a appris en quelques jours à monter à cheval pour accueillir dignement les libérateurs. (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
 LIBERATION DE NIEDERNAI PAR LE CAPITAINE RENÉ CHAMBE
Comment   ne   pas   lier   la   première   arrivée   des   Français   le   18   novembre 1918   et   la   fête   aus   libérateurs   de   Niedernai,   le   2   décembre   1918,   au capitaine René Chambe . Ce   moment   décrit   comme   «inoubliable»   par   Jacques   Granier   dans   son livre    «Novembre    en    Alsace»    m’a    amené    à    relater    cette    période,    la publication   dans   la   revue   des   Deux   Mondes   de   novembre   1933   «En Alsace   retrouvée»,   mais   aussi   grace   aux   documents   et   photos   fournis par   M.   Emmanuel   de   Vachon   d’Agier   (que   je   remercie),   petit   fils   de   Odile Chambe   (1919   -   2018,   fille   de   René   Chambe   et   mariée   avec   Gérard   de Vachon d’Agier 1916 - 2000). Si   vous   désirez   en   savoir   plus      sur   René   Chambe   (pas   que   militaire   mais aussi   écrivain),   voici   l’adresse   du   site   qui   lui   est   dédié   et   créé   par   M. Emmanuel de Vachon d’Agier : https://generalrenechambe.com
Lieutenant
Général
René CHAMBE   (1889 - 1983)
Ltt   René   Michel   Jules   Chambe   -   Né   le   3   avril 1889   à   Lyon   (69)   -   Fils   d'Emile   Chambe   et   de Berthe   Chantillin   -   Engagé   au   10ème   régiment   de Hussards   de   Tarbes,   le   6   octobre   1908   -   Nommé Sous-lieutenant,   le   1er   octobre   1913   -   Mobilisé au   20ème   régiment   de   Dragons,   le   2   août   1914   - Campagne    d'Alsace-Lorraine    en    août    1914    - Bataille    de    la    Marne    -    Opération    de    l'Yser    en Belgique   -   Passe   à   l'aviation   comme   observateur, le   3   décembre   1914   -   Observateur   de   l'escadrille D    6    du    15    janvier    1915    au    5    mars    1915    - Observateur    de    l'escadrille    MS    12    du    5    mars 1915   en   novembre   1915   -   Nommé   Lieutenant,   le 11   mai   1915   -   Elève   pilote   à   partir   de   novembre 1915   -   Brevet   de   pilote   militaire   n°   2710   obtenu   le 20     février     1916     -     Nommé     capitaine,     le     25 décembre   1916   -   Pilote   de   l'escadrille   N   1   de Roumanie   jusqu'au   24   mars   1918   -   Blessé   en combat     aérien     en     août     1917     -     Adjoint     au commandant   de   l'aéronautique   du   10ème   corps d'armée   à   partir   du   24   avril   1918   -   Commandant de    l'aéronautique    du    10ème    corps    d'armée    - Officier     d'état-major,     chargé     des     questions d'aéronautique   au   14ème   corps   d'armée   -   Chef d'état-major      du      groupement      d'aviation      de bombardement   -   Sous-chef   de   cabinet,   chargé des     questions     d'informations     et     d'expansion aérienne    en    1934    -    Comme    lieutenant-colonel, crée   le   service   historique   de   l'armée   de   l'Air   en 1936   -   Directeur   des   études   à   l'Ecole   de   l'Air   - Commandant      de      la      35ème      escadre      de bombardement   de   nuit   à   Lyon   en   1938   -   Ministre de     l'information     du     gouvernement     provisoire d'Afrique   du   Nord   du   général   Giraud   -   Chef   du cabinet   militaire   du   général   Giraud,   le   1er   juin 1943    -    Décédé    à    Baudinard-sur-Verdon,    le    24 novembre    1983    -    Grand    Croix    de    la    Légion d'Honneur   -   Chevalier   de   la   Légion   d'Honneur,   le 5   avril   1915   -   Croix   de   Guerre   14-18   -   Croix   de Guerre    39-45    -    Médaille    de    la    Résistance    - Médaille   des   Evadés   -   Médaille   Russie   -   Médaille Roumanie   -   Citations   à   l'ordre   de   l'armée,   dont   le 5   avril   1915   et   25   juillet   1917   -   Citations   à   l'ordre du   régiment   dont   le   1er   octobre   1914   et   7   octobre 1917. "A   donné   la   mesure   de   son   audace   et   de   son sang-froid   en   abattant   après   un   combat   presque à    bout    portant    un    avion    ennemi    qui    venait    de lancer des bombes sur une localité."
18 novembre 1918 . Le    capitaine    René    Chambe    et    deux    autres officiers    ont    reçu    l’ordre    de    précéder    de quelques       jours       l’arrivée       des       troupes françaises    qui    convergent    en    direction    de Strasbourg.   Leur   mission   :   s’assurer   que   le terrain    d’aviation    de    Niedernai    n’a    pas    été saboté par l’ennemi. René Chambe en profite
L’INOUBLIABLE    ACCUEIL    DE    NIEDERNAI (extraits du livre).
p our   noter   dans   son   “Journal   de   guerre“   les   impressions   qu’il   a   ressenties   au   cours   de   ce   premier   contact   avec l’Alsace   retrouvée.   La   population   de   Niedernai,   notamment,   réserve   aux   trois   officiers   français   un   accueil   si touchant qu’il est difficile, à la lecture de ces souvenirs, de ne pas se laisser à son tour gagner par l’émotion.
C’est   un   de   ces   villages   têtus   qui   a   du   donner   du   fil   à   retordre   aux   fonctionnaires   et   aux   gardes-chiourmes   du   kaiser.   Et   avec   bonne   humeur,   avec   esprit,   tous   ces pots   de   géraniums   aux   fenêtres   en   témoignent.   Oui,   ce   doit   être,   c’est   certainement   un   de   ces   villages   de   “   welches   “,   comme   ils   les   appelaient   ,   qui   ont   fait   tant enrager   les Allemands.   S’il   est   vrai   que,   dans   les   maisons   d’Alsace,   on   chantait   encore   la   vieille   chanson   de   l’ Oiseau   de   France    qui   a   bercé   notre   enfance,   Sentinelle, ne   tirez   pas   !   C’est   un   oiseau   qui   vient   de   France   !    s’il   est   vrai   qu’elle   n’était   pas   tout   à   fait   oubliée,   c’est   là,   derrière   ces   murs,   plus   que   partout   ailleurs,   qu’on   a   dû   la chanter.
2 décembre 1918 - à droite, Albert BRUNISSEN (frère de Mgr BRUNISSEN (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
(collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
2 DECEMBRE 1918 - ACCUEIL DES LIBÉRATEURS FRANCAIS
2 décembre 1918 - les petites filles en Alsacienne (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
2 décembre 1918 - le défilé se prépare (actuelle rue Loewert)          (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
2 décembre  1918 - le défilé (actuelle rue Loewert) (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
2 décembre 1918 - le défilé (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
2 décembre 1918 - à la sortie de l’église après le Te Deum (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
2 décembre 1918 - des Niedernoises en Alsacienne (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier
Décembre 1918 - une maison à Niedernai (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
Décembre 1918 - le curé Joseph ZIMMER (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier
Avant ce 2 décembre 1918 ,. Sur   une   carte   postale   du   29   novembre   1918    (copie   que   m’a   transmise M.   Emmanuel   de   Vachon   d’Agier),   René   CHAMBE   écrit   à   sa   maman, décrivant   sa   joie   que   son   corps   d’armée   était   entré   le   premier   à   Strasbourg sous le délire de la population.
2 décembre 1918 Dans une lettre adressée par Suzanne CHAMBE à sa maman, cette dernière réécrit ce que son mari René CHAMBE lui avait raconté sur cette journée officielle de la libération de Niedernai. (C’est grace à une copie de la lettre de Mme Chambe que m’a transmise M. Emmanuel de Vachon d’Agier que je peux décrire ce moment historique pour le village de Niedernai).
C’est   donc   le   2   décembre   1918   que   tout   le   village a     fêté     ses     libérateurs     avec     une     réception solennelle    des    escadrilles.    Les    habitants    ont dressé    des    arcs    de    triomphe    avec    des    arbres verts.   En   l’absence   du   colonel   DE   LUBERSAC, chef   d’état-major   du   10e   corps   d’armée,   c’est   au capitaine    RENE    CHAMBE,    en    premier,        que reviennentt    les    honneurs    ainsi    qu’aux    autres officiers, sous-officiers et soldats de l’aviation. A   13h30,   tous   les   militaires   sont   réunis   au   champ d’aviation qui est tout contre le village. A   14h,   une   délégation   composée   d’une   douzaine de   cavaliers   se   porte   vers   les   militaires   et   une Marseillaise   est   entonnée.   Puis,   un   cortège   s’est formé   direction   l’entrée   du   village   où   le   maire   et tous   les   conseillers   municipaux,   en   redingote   et chapeau   haut   de   forme,   les   attendaient.   Toute   la population   était   massée,   toutes   les   jeunes   filles habillées en Alsacienne ou en Lorraine.
La   place   Kleber   le   10   novembre   1918.   René   Chambe   a   tracé   une   croix   sur   la   fenêtre où   il   était   placé   lorsque   les   troupes   françaises   sont   entrée   dans   Strasbourg,   le   22 novembre 1918. (collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)) Paru dans «Le Populaire du Centre le 11 novembre 2018
Des   petites   filles   ont   remis   de   gros   bouquets   à   René   Chambe   ainsi   qu’aux   officiers.   Une jeune   fille   (Mlle   Muller)   a   tenu   un   beau   discours.   le   maire      a   balbutié   quelques   mots   puis a   pleuré   d’émotion;   c’est   un   vieux   comabttant   de   1870   et   sa   médaille   verte   et   noire   était épinglée   au   revers   de   sa   redingote.   Le   curé   les   a   invités   à   traverser   le   village   pour   se rendre à l’église pour assister à un Te Deum. Tout le monde s’est mis en route et le cortège s’est formé. En   tête,   les   12   cavaliers   avec   le   drapeau,   suivis   par   les   notables   :   maire,   adjoints, conseillers   municipaux,   instituteur,   curé.   Puis,   toutes   les   jeunes   filles   filles   en   costume et   enfin,   le   capitaine   René   Chambe,   les   officiers,   les   sous-officiers   et   les   soldats   de l’aviation. A   l’église,   le   curé   a   fait   un   discours   dans   un   français   très   pur   et   après   le   Te   Deum, direction la mairie. Le maire a refait un discours, mais cette fois, papier en main. Les   militaires   étaient   constamment   acclamés.   et   porté   par   cet   enthousiasme,   le   groupe de cavaliers a remis le drapeau en souvenir au capitaine René Chambe. Un   vin   d’honneur   a   été   servi   au   premier   étage   de   la   mairie   et   toutes   les   jeunes   filles   en costume   se   sont   groupées   et   ont   chanté   «L’oiseau   de   France»   sous   la   direction   de l’instituteur. Deux Alsaciennes   sont   venues   remettre   une   gravure   en   couleur   représentant   un   groupe d’Alsaciens   (des   Vosges)   regardant   un   aéroplane   français   survoler   la   frontière,   avec   la dédicace   suivante   :   « Au   capitaine   René   Chambe,   le   premier   officier   français   entré   à Niedernai », avec les signatures des notables du village.
Puis,   place   au   bal   organisé   au   rez   de   chaussée   de   la   mairie,   mais   seulement   jusqu’à   7   heures   (19   h)   car   le   curé   (qui   est   une   grande   autorité)   a   défendu   que   l’on danse après 7 heures du soir. Enfin à 9 heures (21 h), tout le monde a participé à une retraite aux flambeaux. Face   à   cette   ferveur,   cet   engouement,   on   peut   s’étonner   que   les   élus   locaux   n’ont   jamais   pensé   à   donner   le   nom   d’une   rue   en   l’honneur   du   capitaine   (général)   René Chambe.
(Collection privée M. Emmanuel de Vachon d’Agier)
Ici   à   Niedernai,   c'est   le   même   état   d'esprit,   mais   avec   une   exubérance   folle   :   les   gens   y   sont   restés   très   français   de   cœur, presque   tous,   surtout   les   femmes,   parlent   admirablement   français.   Les   hommes,   en   grande   majorité   étaient   soldats   allemands il   y   a   quinze   jours   à   peine   et   leur   attachement   à   la   mère   patrie   les   avaient   empêches   d'acquérir   aucun   galon   ;   quelques   uns, extrêmement   rares,   étaient   devenus   officiers,   mais   ceux-là,   on   en   parlait   en   baissant   la   voix.   Ils   ne   sont   pas   encore   revenus, mais gagnés par l'ambiance, ils ont, dit-on, changé de mentalité. Le   cantonnement   des   officiers   est   au   château   appartenant   à   la   famille   de   Reinach-Werth,   une   construction   de   belle   allure, délicieusement   meublée.   J'ai   une   chambre   en   plus   pur   style   Louis   XV   qui   m'enchante. Au   rez-de-chaussée,   un   immense   salon nous   sert   de   salle   de   lecture   et   de   réception   à   proximité   de   la   salle-à-manger   popote.   Le   maire,   M.   Muller,   nous   en   fait   les honneurs,   puis   nous   emmène   chez   lui   boire   une   prunelle   délicieuse   et   qui   nous   réchauffe,   si   tant   est   que   nous   ayons   besoin d'être   réchauffés.   Nous   avons   absolument   l'impression   d'être   en   manœuvre   et   d'être   accueillis   par   le   maire   d'un   village   de vieille France. Mais   tout   cela   n'est   rien   à   côté   de   ce   qui   se   passe   le   lendemain   :   on   nous   a   priés   de   nous   retirer   tous,   officiers   et   hommes   sur le   terrain   d'aviation,   à   partir   de   2   heures   de   l'après-midi,   personne   d'entre   nous   ne   devant   rester   au   village   passé   cette   heure. Flairant   une   surprise,   nous   restons   quelque   temps   à   fumer   des   cigarettes   et   bientôt   arrive   une   troupe   d'habitants   à   cheval, portant   en   sautoir   de   larges   écharpes   tricolores,   puis   musique   en   tête,   la   municipalité   très   grave   et   très   touchante   en   redingote et   haut   de   forme,   une   cinquantaine   de   jeunes   filles   en   costume,   le   curé,   abbé   Zimmer,   très   digne   et   très   «   vieux   clergé provincial   »,   enfin   une   foule   compacte   en   habits   de   fête.   Déjà   le   chef   de   la   cavalerie   rustique   nous   avait   fait   un   petit   discours, maintenant   c'est   au   tour   du   maire   :   sa   voix   rude   est,   de   temps   à   autre,   cassée   par   l'émotion,   nous   écoutons,   très   émus   nous même,   dans   un   silence   impressionnant.   Puis   c'est   un   tonnerre   d'applaudissements,   de   cris   et   les   jeunes   filles   nous   remettent leurs   bouquets,   de   splendides   bouquets   qui   ont   dû   être   très   difficiles   à   composer   en   ce   début   de   décembre.   Le   capitaine Chambe remplace de Lubersac qui est en permission et moi je remplace Sourdillon toujours en voyage de noces. Alors   le   cortège   se   reforme   avec   musique   et   municipalité   en   tête,   nous   faisons   notre   entrée   officielle   dans   Niedernai.   En   moins d'une   heure,   pendant   notre   retraite   au   terrain,   ces   braves   gens   ont   dressé   des   arcs   de   triomphe,   des   poteaux   enrubannés, déroulé   des   draperies   et   des   oriflammes.   Nous   passons   sous   les   inscriptions   «   vivent   les   aviateurs,   vive   l'Alsace,   vive   la France   ».   Première   halte   à   l'église   où   l'abbé   Zimmer   nous   reçoit   et   nous   fait   un   discours   à   la   fois   patriotique   et   religieux   et entonne   le   Te   Deum.   Enfin   nous   nous   arrêtons   à   la   mairie   où,   de   nouveau,   le   maire   nous   fait   un   très   long   discours   ;   Chambe lui    répond    d'une    façon    extrêmement    délicate    et    affectueuse,    ce    qui    soulève    des    applaudissements    réellement    mérités. Marseillaise,   les   cloches   sonnent,   vin   d'honneur,   délicieux   gâteaux   alsaciens,   chœurs   de   jeunes   filles,   chants   patriotiques, vieilles    chansons    alsaciennes    (Ils    n'auront    pas    l'Alsace    et    la    Lorraine,    C'est    un    oiseau    qui    vient    de    France,    …),    enfin photographies. Tout cela est d'une simplicité rustique, dont on ressent la profonde et ardente sincérité. Après   le   dîner,   c'est   nous   qui   rendons   la   politesse   par   un   réception   improvisée   au   château   ;   malheureusement,   nous   n'avons que   du   gros   vin   rouge   du   ravitaillement   à   offrir   et   tous   ces   vignerons,   fins   gourmets   et   fins   gosiers,   font   un   peu   la   grimace   en buvant   notre   Roussillon   râpeux,   fâcheuse   antithèse   de   leur   vin   blanc   piquant   et   délicat.   On   danse   d'abord   au   son   du   phono, puis   la   fanfare   municipale   vient   heureusement   à   la   rescousse.   Les   jeunes   filles   tournent   éperdument   sous   les   regards   attendris du   corps   municipal,   un   peu   ému   de   cette   réception   au   château   de   Reinach.   Et   l'on   se   sépare   sur   la   promesse   d'organiser prochainement   un   nouveau   bal   à   tout   casser,   avec   illuminations   a   giorno,   vins   fins,   champagne   à   flots   et   friandises   à   pleines assiettes.   Mais   cette   réception   n'aura   pas   lieu   :   Desquiles   nous   avertit   qu'on   ne   danse   pas   pendant   l'Avent,   ensuite   il   y   a   de nombreuses   permissions,   et   puis   Sourdillon   n'est   pas   très   partisan   de   folâtreries,   il   est   plutôt   gelant   que   cordial,   enfin   un   hiver glacial   rend   le   salon   peu   accueillant.   Malgré   toutes   ces   bonnes   raisons,   j'ai,   maintenant   encore,   un   peu   honte   de   ce   reniement de notre promesse, alors que tous ces gens et surtout les jeunes filles s'en promettaient une telle joie. 7 décembre 1918 – Mais nous avons hâte de voir Strasbourg et nous y faisons une première promenade. Et   bientôt   c'est   l'hiver,   d'abord   un   froid   intense   avec   des   rafales   glaciales   et   le   château   avec   ses   grandes   fenêtres,   ses plafonds   élevés   et   ses   immenses   salles   devient   une   pénible   habitation.   Dans   les   chambres   on   grelotte   malgré   couvertures   et peaux   de   biques   entassées   sur   les   lits   et,   le   matin,   on   ne   se   décide   pas   à   sortir   des   toiles.   Au   rez-de-chaussée,   il   y   a d'immenses   poêles   en   faïence   du   plus   sympathique   aspect.   Mais   il   leur   faut   un   arbre   entier   tous   les   jours   et,   comme   nous n'avons   pas   d'arbres   à   leur   fournir,   le   confort   s'en   ressent   singulièrement.   Plus   heureux   sont   ceux   d'entre   nous   qui,   au   lieu d'être   majestueusement   logés   dans   la   demeure   seigneuriale,   se   sont   cantonnés   dans   une   villa   située   un   peu   à   l'écart   de Niedernai,   où   l'escadrille   allemande   avait   sa   section   photographique.   À   notre   arrivée,   nous   y   avions   trouvé   quelques   photos intéressantes   ;   pour   ma   part,   j'en   ai   rapporté   une   photo   d'une   revue   de   Guillaume   et   une   très   belle   vue   aérienne   du   terrain   de Tempelhof   près   de   Berlin.   Dans   cette   villa,   toute   une   série   de   chambres   assez   modestement   meublées,   mais   petites   et   faciles à chauffer, font en cet hiver les délices de leurs hôtes. Bientôt   c'est   la   neige   !   Elle   tombe   pendant   des   jours   et   des   nuits   à   très   gros   flocons   serrés   et   bientôt   toute   la   plaine   est recouverte   de   plus   de   50   cm   de   neige.   Sur   les   pentes   des   vignobles   à   Obernai,   ce   sont   des   dégringolades   incessantes   de garçons   et   de   filles   en   traineau   et   en   luge   ;   emmitouflés   et   coiffés   de   fourrures,   ils   passent   avec   des   rafales   de   cris   et   de   rires. Pour   aller   les   voir,   nous   faisons   presque   tous   les   jours   les   quelques   kilomètres   qui   séparent   les   deux   villages,   malgré   la difficulté invraisemblable de la marche dans cette épaisse couche poudreuse où l'on enfonce jusqu'aux cuisses. Mais   là   n'est   pas   le   seul   but   de   notre   promenade,   ce   n'en   est   guère   que   le   prétexte   ;   en   réalité,   il   y   a   à   Obernai   deux attractions   plus   séduisantes,   d'abord   le   bistro   du   débit   de   tabac   où   l'on   boit   un   kirch   et   une   mirabelle   de   derrière   les   fagots, servis   par   une   charmante   et   souriante   alsacienne,   et   une   pâtisserie   dont   la   patronne,   non   moins   accorte   et   non   moins   aimable, nous   sert   des   meringues   à   la   crème   onctueuses,   moelleuses,   délicieuses.   Pour   ces   excursions   gastronomiques,   nous   sommes deux   inséparables   avec   le   lieutenant   Muret   de   Pagnac,   un   artilleur   tout   frais   sortis   de   l'école   d'observateurs   en   avion   qui   nous a   rejoints   en Alsace   une   fois   la   guerre   finie   …   après   la   bataille,   très   beau   garçon,   très   bien   élevé,   causant   très   agréablement   et très    spirituel,    c'est    une    grande    ressource    pour    moi.    Et    nous    faisons    des    débauches    de    meringues    à    nous    en    rendre malade.....................................
.........   À   notre   grand   regret,   nous   apprenons   que   nous   ne   sommes   pas   destinés   à   rester   à   Colmar.   ;   c'est   Niedernai,   au   pied de   la   montagne   de   Ste   Odile,   qui   nous   est   assignée   comme   cantonnement.   Et   comme   tout   le   reste   de   l'escadrille   est   resté   à Épinal   et   que   Sourdillon   est   toujours   en   permission   (il   se   marie),   je   repars   la   chercher   ;   je   fais   la   route   avec   Ensten   en   auto par   le   col   de   la   Schlucht,   dans   un   pays   splendide.   Je   ne   sais   si   notre   conducteur   avait   trop   bien   fêté   son   entrée   en   Alsace, mais   il   nous   a   menés   à   un   train   d'enfer,   avec   des   embardées   terribles,   manquant   de   nous   faire   entrer   dans   un   train   à   un passage   à   niveau   et,   se   trompant   de   route   après   la   Schlucht,   il   nous   fait   descendre   sur   Gérardmer   à   60   km/h   par   un   étroit sentier   de   forêt   qui   surplombait   un   ravin.   C'est   avec   un   ouf   de   satisfaction   que,   les   reins   brisés   et   la   tête   en   feu,   nous   sommes débarqués à Dagniville. 2   décembre   1918    –   Et   quelques   jours   après,   en   deux   étapes,   je   ramène   le   convoi   roulant   à   Niedernai   où   la   population   nous fait   un   accueil   délirant   :   drapeaux,   lanternes,   habitants   en   liesse,   c'est   vraiment   très   émouvant   ;   nous   sommes   en   effet   les premières   troupes   françaises   entrant   dans   ce   village   qui   nous   avait   été   réservé   dès   l'origine   à   cause   de   son   terrain   d'aviation. Ils   nous   attendaient   avec   une   folle   impatience.   Déjà   sur   le   parcours,   nous   avions   été   admirablement   accueillis   ;   je   me souviens,   pendant   une   halte,   m'être   arrêté   dans   un   café   pour   y   avaler   quelque   chose   de   chaud   et   y   avoir   entendu   pendant   dix minutes   la   Marseillaise   incessamment   répétée.   C'était   l'hôtesse   qui,   les   yeux   ravis,   près   de   son   phonographe,   remontait   sans arrêt   la   manivelle   pour   jouer   toujours   le   même   disque   ;   elle   avait   été   l'acheter   à   Nancy   quinze   ans   avant,   l'avait   ramené précieusement et, le soir, en grand secret et portes closes, en donnait l'audition à de vieux amis patriotes éprouvés.
Un autre récit sur Niedernai en décembre 1918. Extrait de : Guerre 1914-1918. Récit par Jacques Gobilliard - Deuxième partie : 1917-1918, Aviation  Source : http://centrale-histoire.centraliens.net/divpdf/gobilliard2.pdf
Jacques GOBILLIARD (1893 - 1965)   Photo Geneanet
En récompense de ses glorieuses actions, l'Escadrille 32 est citée le 9 octobre 1918 à l'Ordre de l'Armée. Quelques   jours   avant,   le   19   septembre,   l'Escadrille   a   été   retirée   de   la   bataille;   elle   suit   le   sort   du   Corps d'Armée avec lequel elle a combattu sans cesse et rejoint le terrain de Luxeuil, puis celui d'Epinal. L'offensive   de   Lorraine   s'organise   peu   à   peu.   La   32   y   apporte   son   concours   en   exécutant,   du   1er   octobre   au 11    novembre    1918,    de    nombreuses    reconnaissances    dans    la    région    de    Saales.    C'est    sur    ce    théâtre d'opérations que l'Escadrille apprendra la nouvelle de l'Armistice. L'une   des   premières,   elle   aura   le   bonheur   d'entrer   en   terre   d'Alsace   quelques   jours   après   la   capitulation allemande;   ses   avions   se   posent   à   Niedernai   le   1er   décembre   1918 .   Elle   y   restera   jusqu'au   27   avril   1919 où,   affectée   au   Centre   de   Lyon,   elle   viendra   avec   l'Escadrille   52,   former   les   premiers   éléments   du   5e Groupement Aéronautique.
L'ESCADRILLE 32 ....... SE POSE A NIEDERNAI
Citation   de   l'Escadrille      32   à   l’ordre   de   la   1ère   armée en date du 9 octobre 1918  : "   Sous   les   ordres   de   son   chef,   le   capitaine   Sourdillon   a pris    une    part    brillante    aux    opérations    défensives    et offensives   de   mai   à   fin   septembre   1918.   Par   son   esprit de   sacrifice   et   de   méthode,   son   audace   et   sa   com- pétence,   a   obtenu,   au   prix   de   pertes   sensibles   et   de combats   quotidiens,   de   remarquables   résultats.   Par   ses recon-naissances   et   des   photographies,   ses   réglages et    contrôles    de    tir,    ses    liaisons    d’infanterie    et    par l’attaque   des   troupes   ennemies,   a   contribué   largement au succès."
photo anonyme
A   la   date   du   11   novembre   1918,   l'escadrille   SAL   32 comptait     dix     pilotes,     dix     observateurs     et     quatre mitrailleurs.
Source : http://albindenis.free.fr/Site_escadrille/escadrille032.htm
Photo M. Daniel Braud
Né   le   1er   juin   1893,   à   Tulle   (Corrèze), Jacques      Gobilliard      rejoint      le      51e        régiment    d’artillerie,    le    12    août    1914, avant      de      gagner      le      front,      le      21 septembre.    Promu    au    grade    de    sous- lieutenant,   au   10e      régiment   d’artillerie,   le 10   mars   1915,   Gobilliard   est   détaché   au service   de   l’aéronautique   en   mars   1917. Il   est   stagiaire   à   l’école   de   tir   aérien   de Cazaux     en     avril     1917     et     muté     à l’escadrille   F32   en   qualité   d’observateur aérien.   Il   est   sur   le   front   en   Champagne, en    Meuse,    sur    la    Somme,    dans    les Vosges.   Il   est   démobilisé   en   septembre 1919   et   placé   dans   le   cadre   de   réserve. Ayant   une   formation   d’ingénieur   des   arts et     manufactures,     il     devient     directeur d’une   usine   de   tannerie.   En   1933,   il   est placé    dans    la    position    hors-cadres    et promu    au    grade    de    capitaine.    Il    est rappelé      sous      les      drapeaux      le      5 septembre     1939     avec     le     grade     de commandant.   Affecté   à   la   base   aérienne 109,   puis   au   groupe   de   chasse   III/I,   à partir   du   16   mai   1940,   le   commandant Gobilliard   est   démobilisé   le   6   août.   En 1941,   il   devient   président   du   groupement syndical   des   corroyeurs,   puis   membre   du comité   directeur   du   conseil   national   du cuir.   Il   est   de   nouveau   mobilisé   le   1er   juin 1945   et   affecté   comme   chef   de   la   section des   cuirs   à   la   direction   de   la   production industrielle   du   gouvernement   militaire   de la      zone      d’occupation      française      en Allemagne.   Il   est   démobilisé   le   1er   juin 1946   et   rayé   des   cadres   le   1er   juin   1950. De     1947     à     1950,     il     est     maître     de conférences    sur    la    tannerie    à    l’École centrale..Il   décède   à   Paris   le   1er   octobre 1965. Texte         ci-dessus         et         photo         : http://www.servicehistorique.sga.defense. v 2 014PA8_fonds%20Gobilliard.pdf
Le commandant  Jacques GOBILLIARD
LE DRAPEAU OFFERT EN 1918 A RENÉ CHAMBE RETROUVÉ !
En    2009,    le    maire    de    Niedernai    Patrick    Douniau    et    François    Kieffer    ont    organisé    le rapatriement   de   ce   drapeau   depuis   Montpellier   où   un   collectionneur   de   «militaria»   l’avait acquis. Relaté dans les Dernières Nouvelles d’Alsace du 30 juin 2009, on a pu lire : Ce   drapeau,   de   2,25   x   1,02   m,   a   quelque   chose   de   spécial.   Il   porte   une   broderie,   pas   un travail   professionnel,   visiblement,   mais   très   touchant,   dont   on   ignore   le   nom   de   celle   qui tenait   l’aiguille.   En   lettres   capitales   :   NIEDERNAI,   embrassé   par   deux   branches   de   laurier nouées   d’un   beau   noeud   d’or,   le   tout   soutenu   par   la   mention   de   la   date   en   caractères   cursifs très lisibles : 2 décembre 1918. L’ensemble est en excellent état.
(en attente de la photo du drapeau)
   Oui,   auberge,   en   français    “   dit-il.   “   -   Je   n’ai   jamais   voulu   .   Entrez,   entrez,   messieurs   les   officiers,   c’est   chez   vous   ici.   Entrez   !   “.   Mais   le   maire   et   d’autres habitants   interviennent.   “   -   Non,   Muller,   non   pas   tout   de   suite,   laissez   messieurs   les   officiers;   ils   ne   peuvent   pas   entrer   comme   ça,   sans   aller   auparavant   chez l’ancien maire. Il les a vus, sûrement, par sa fenêtre, l’ancien maire, on ne peut pas, il ne faut pas  “. Comme Stanislas Muller est de cet avis !