Les FORTIFICATIONS de NIEDERNAI
Inventaire topographique établi en 1979 - Région Alsace
Plan archéologique de la ville de Niedernai, d'après HIMLY, Atlas des villes médiévales d'Alsace, 1970
Enceinte du " Staedel", vers le Nord-Est. Vestige de l'appareil ancien (XVIe siècle - début XVIIe siècle ?). Cliché Inv. J. Cl. Stamm.
Enceinte du " Staedel", vers l’Est. Au premier plan le fossé et le talus. Cliché Inv. J. Cl. Stamm.
Enceinte du " Staedel ", vers le Nord-Est. L'ancien presbytère et le "Glockenturm". Au premier plan, le 1er fossé, puis le talus et le second fossé. Cliché Inv. J. Cl. Stamm
( les deux photos ) L'enceinte du " Staedel ", avec le Glockenturm, le cimetière et la tour transformée en chapelle. Cliché Inv. J. Cl. Stamm
Enceinte du “ faubourg “ - le fossé vers l’Est. Cliché Inv. J. Cl. Stamm
Ancienne tour de protection du "Glockenturm" ( tour des cloches ) restaurée et "complétée" au XIXe siècle. Cliché Inv. J. Cl. Stamm
Enceinte du " faubourg ". Le fossé, vers le Sud. Cliché Inv. J. Cl. Stamm
Enceinte du " faubourg ". La tour de l'angle Nord-Ouest. Cliché Inv. J. Cl. Stamm
Le fossé - Photo F. Gauckler
Source :
Le " Staedel " ( petite ville ) est fortifié en 1284 par les Landsberg ; complété et renforcé au cours du 16e siècle (?) , le dispositif comportait une enceinte, un fossé, un rempart, un 2e fossé, un donjon ( le Glockenturm, vestige d'un château du 13e siècle ? ) , défendu par 2 tours, au moins 2 portes de ville ( Stâdelthor et Graffentor, ou porte du comte ) ; le château des Landsberg avait une enceinte propre, de même que le faubourg ( depuis le 17e siècle ? ). Niedernai a reçu à partir de la fin du XlIIe siècle une ceinture de fortifications complexe, l'une autour du " Stadel " ( la petite ville ) qui comprenait elle-même l'enceinte du château, et une autre autour du " faubourg ". Leur état actuel remonte, sauf destructions plus récentes, au lendemain de la guerre de Trente Ans, au cours de laquelle elles avaient été gravement endommagées par les troupes du comte de Horn (1634). Le " Staedel " Ce sont les Landsberg qui élevèrent les premiers murs autour de la " ville " en 1284, après avoir reçu leur fief en retour des mains de l'évêque de Strasbourg auquel ils l’avaient remis ( Obernai, 1ère enceinte 1280, renforcée en 1298). Cette première enceinte fut sans doute reconstruite ou renforcée par la suite, en tout cas doublée par un dispositif plus complet qui, à la fin du XVIe siècle, début du XVIIe siècle se composait de l'enceinte proprement dite, d'un premier fossé, d'un rempart ( le remblai avec chemin de ronde ), d'un deuxième fossé ( voir plan HIMLY, ci-contre ). D'après les ouvertures ( meurtrières, embrasures pour couleuvrines ), on peut conclure à des remaniements ou des reconstructions de certaines tours, postérieures à l'intention de l'artillerie ( vers 1430 ). A l'Est du " Staedel ", vers Meistratzheim, on distingue encore nettement l’enceinte à laquelle sont accolées les maisons ( n° 17, 19, 21, 22 et leurs dépendances ), le premier fossé, puis le rempart et le deuxième fossé.
Vers le Nord, la tour dite Glockenturm est le vestige d'un château ( du XlIIe s. ? ) rasé par les troupes du général HORN en 1634. Ce château était défendu par deux tours en fer à cheval l'une ( à l'Est ) est actuellement transformée en chapelle, l'autre ( à l'Ouest ) a été remaniée en tour ronde avec un crénelage postiche. L'entrée de la ville se faisait à l'Est par une porte nommée Stâdelthor. Elle figure encore sur le plan de Lenné, en 1777, comme " une grosse tour sans toiture " ( voir page Niedernai fortifié ). Elle a complètement disparu. Vers l'Ouest se trouvait le Grafenthor, ou porte du comte ( dans la rue du château à la hauteur du n° 10 ). D'après des travaux récents qui ont révélé les fondations de cette porte, on peut conclure qu'il " y avait deux ponts-levis chacun porte par une tour ". Le château proprement dit était protégé par un " double rempart " difficilement repérable aujourd'hui : les transformations entreprises par le baron de Reinach au siècle dernier ont modifié l'accès au château par " l'avant-cour " et la " petite place d'armes " intérieure, en supprimant pont et ruisseau entre la tour des cigognes et la tour de la glacière. Le faubourg C'est l'Ehn qui sert de fossé sur toute la partie Sud de l'enceinte du faubourg dont on ignore la date de construction. Les restes montrent qu'elle a été construite avec soin mais en hâte, avec des moyens moindres que ceux de la petite cité. Dès le XVIIIe siècle, il y a des habitations hors des enceintes, du " côté du village". La tour d'angle du faubourg est encore conservée actuellement, ainsi que le mur d'enceinte, sur une centaine de mètres, de part et d'autre.