On se rappelera 1918. L’abbé   Joseph   Zimmer;   en   rencontrant   René   Chambe,   alors   capitaine,   se   voit   désolé   de   n’avoir   pu   sonner   les   cloches   à   leur   entrée   dans Niedernai,   car   il   n’y   en   avait   plus.   (et   pourtant,   on   sait   que   la   petite   cloche   était   encore   bien   présente,   peut-être   démontée   ?)    Les Allemands   les   ont   emportées pour   fondre   des   canons.   Mais   René   Chambe   se   veut   rassurant   en   promettant   que   des   cloches   françaises   sonneront   en   liberté   dans   le   clocher de   Niedernai.   En   faisant   paraître   en   1922   un   livret   intitulé   :   «Pour   que   les   cloches   françaises   chantent   dans   un   clocher   d’Alsace»   accompagné d’un   bulletin   de   souscription   pour   les   cloches   du   village   de   Niedernai,   la   promesse   a   été   tenue   puisque   en   1923,   deux   nouvelles   cloches   sont arrivées dans le village.
1923 - Prêts pour l'accueil des deux cloches (collection privée Martin Adam)
Dans la cour du château (collection privée Martin Adam)
1923 - L'arrivée des deux cloches dans la cour du château (collection privée Michel Waechter)
Dans la cour du château (collection privée Martin Adam)
Les deux cloches dans l'attente de leur bénédiction (collection privée Michel Waechter)
Il   existait   trois   petites   cloches   qui   servaient   dans   le   Glockenturm   pour   la chapelle   Ste   Barbe.   Elles   pesaient   respectivement   400,   310   et   124   kg. Elles   étaient   dédiées   à   Ste   Barbe,   Ste   Odile   et   aux   Sts   Maximin   et Marie   Madeleine.   Hélas,   en   mai   1917,   les   Allemands   ont   cherché   les deux plus grandes ainsi qu’une soixantaine de tuyaux de l’orgue. Le    17    juin    1923,    l’enfant    du    pays,    Mgr    Brunissen    eut    l’honneur    de présider   à   la   bénédiction   de   deux   nouvelles   cloches.   La   grande   est consacrée   au   Sacré   Cœur   de   Jésus,   elle   pèse   550   kg   et   sonne   au   “   sol dièse   “.   La   petite,   d’un   poids   de   285   kg,   sonne   le   “   do   “   en   l’honneur   de Ste   Odile.   Elles   viennent   toutes   deux   de   la   fonderie   Causart   de   Colmar et   rejoignent   la   petite,   fondue   en   1846   par   Edel   de   Strasbourg   et   qui sonne   le   “   ré   dièse   “.   A   noter   que   la   petite   cloche   est   la   propriété   de   la commune et les deux autres appartiennent à la paroisse. Sur    la   petite   cloche   (124   kg),    on   peut   lire   :   -    parrain   :   Maire,   Max   Baron de   Reinach,   marraine   :   Walburge   de   Reinach   née   Landsberg,   adjoint   : Louis Bassnagel, - curé : Jean Baptiste Bourg, - Niedernai année 1843. Sur   la   cloche   moyenne   (285   kg) ,   on   peut   lire   :   -    Odile,   Jacqueline      (ndlr :    les    deux    filles    aînées)    Suzanne    Chambe    (épouse    du    capitaine    René Chambe,   libérateur   de   Niedernai   le   18.11.1918),   -   évêque   :   Charles Ruch,   -   curé   :   Joseph   Zimmer,   -   marraine   : Albertine   Riegler   née   Hess,   - parrain    :    Alfred    Lutz,    -    maire    :    Antoine    Schroeder,    -    Sainte    Odile Patronne de l’Alsace protégez nous. Sur   la   grande   cloche   (550   kg) ,   on   peut   lite   :   -   paroisse   de   Niedernai, don   du   capitaine   aviateur   René   Chambe   de   Lyon,   -   parrain   :   François Xavier   Lutz,   -   marraine   :   De   Reinach   Werth   née   Catherine   Baillou   de   la Brosse,   -   pape   :   Pie   XI,   -   curé   :   Joseph   Zimmer,   -   Cœur   Sacré   de   Jésus j’ai confiance en vous.
Les cloches de l’église St Maximin de Niedernai
Livret de 1922 de René Chambe
M. Emmanuel de Vachon d’Agier m’a transmis une copie de ce livret dont voici un extrait :    …………..Aujourd’hui,   trois   années   sont   passées.   Le   jour   de   parler   des   cloches   de   Niedernai   est   maintenant venu.   Lors   des   recherches   entreprises   par   les   Commissions   de   Réparations,   en   Allemagne,un   certain   nombre de   cloches,   bien   peu,infiniment   peu,   ont   été   retrouvées   à   Francfort   sur   le   Mein.   Cloches   ravies   à   de   pauvres paroisses   françaises,   lorraines   ou   alsaciennes.   Beaucoup   ne   le   furent   et   ne   le   seront   jamais.   Tel   est   le   cas   de celles   de   Niedernai.   Là-bas,   le   clocher   est   toujours   muet.   Sa   voix   ne   monte   plus   aux   pentes   de   Sainte   Odile. Les   officiers   français   se   souviennent.   Ils   veulent   tenir   la   promesse   faite   au   nom   de   la   France.   Ils   ont   pensé   que leurs   compatriotes   auraient   sans   doute   à   coeur   de   s’associer   à   cette   idée   et   accepteraient   d’aider   le   petit   village de   Niedernai,   à   l’âme   si   indestructiblement   française,   à   remplacer   ses   cloches.   Ils   ont   écrit   bien   souvent   au vieux   curé,   l’abbé   Zimmer.   Ils   sont   restés   en   rapport   avec   lui   et   lui   ont   répété   que,   puisque   l’espoir   de   retrouver les   deux   cloches   de   Niedernai,   en   Allemagne,   était   définitivement   perdu,   la   paroisse   pouvait   toujours   compter sur   la   générosité   française.   Mais,   comme   toutes   chose,   les   cloches   coûtent   cher.   Le   fondeur   de   Colmar   a   établi son   devis   pour   le   remplacement   des   deux   cloches   de   Niedernai,   leur   transport,   la   construction   de   l’échafaudage nécessaire   à   leur   mise   en   place,   etc   ….   La   somme   est   grosse   :   environ   douze   mille   francs   (1).   A   lui   seul,   le chiffre   explique   suffisamment   la   raison   pour   laquelle,   pendant   de   longues   années   encore,   bien   des   clochers d’Alsace   demeureront   sans   voix.   Le   curé,   à   force   d’aumônes,   de   dons,   de   sacrifices   de   la   part   des   pauvres villageois   de   Niedernai   espère   arriver   à   la   moitié   de   la   somme   …..   peut-être.   Ce   n’est   pas   sûr.   Il   reste   à   trouver six   mille   francs,   au   moins.   Davantage   ferait   mieux   encore.   Et,   dans   ce   but,   nous   avons   pensé   à   ouvrir   la présente   souscription.   Les   noms   de   tous   les   donateurs   figureront   sur   un   Livre   d’Or.   Ce   Livre   d’Or   sera   conservé à   la   sacristie   de   l’église   de   Niedernai.   Et,   plus   tard,   lors   de   leurs   voyages   ou   de   leurs   excursions   dans   cette chère   Alsace   reconquise,   les   bienfaiteurs   des   cloches   pourront   pénétrer   dans   le   sanctuaire   du   village,   se nommer, trouver leurs noms sur le livre toujours ouvert.
De   la   part   de   tous   les   habitants,   tous   si   catholiques,   si   profondément   pratiquants, nous   les   assurons   d’un   accueil   dont   eux-mêmes   garderont   longtemps   le   souvenir. A   ce   souvenir,   se   mêlera   celui,   plus   rare,   d’une   belle   action   réalisée.   Le   curé   aux cheveux   blancs,   attend   là-bas,   dans   son   presbytère   au   pied   des   Vosges,   l’annonce d’une   bonne   nouvelle.   Avec   lui,   tout   le   village   attend.   Confiants   en   la   légendaire générosité   française,   ils   savent   qu’au   printemps   prochain,   quand   fleuriront   les vieux   cerisiers   d’Alsace,   des   cloches   frabçaises   chanteront,   pour   la   première   fois deouis   tant   d’années,   en   liberté   dans   leur   clocher.   Ces   cloches,   c’est   vous   qui   les leur aurez données………R.C. Capitaine Aviateur.
Le livre d’or des donateurs ne faisant pas partie de la paroisse
La facture des deux cloches
(1) En définitive, la facture sera de 10 470,10 francs (1 096 985,13 euros)