CHARTRIER DE NIEDERNAI
INTRODUCTION  CHARTES
TEXTE DE L’INVENTAIRE
FONDS RUDI KELLER qui est complémentaire au Chartrier de Niedernai
les documents ci-après proviennent du site de la Région Alsace
INVENTAIRE DES CHARTES                                                                                                                  INVENTAIRE DES PAPIERS
INTRODUCTION
TEXTE DE L’INVENTAIRE
INVENTAIRE DU FONDS
Le   chartrier   de   Niedernai   passe   pour   être   l'un   des   quatre   plus   grands   fonds   nobiliaires   alsaciens   et   probablement   le   plus   important   de   ceux   qui   se   trouvent encore   en Alsace   à   ce   jour.   Longtemps   conservé   à   titre   de   dépôt   dans   les   locaux   des Archives   départementales   du   Bas-Rhin,   il   venait   d’être   revendu   à   deux antiquaires   strasbourgeois   lorsque   la   Région   a   décidé   d’en   faire   l’acquisition   afin   de   le   sauver   de   la   dispersion.   Le   fonds   contient   principalement   les   archives de   trois   familles   nobles   (Bock,   Landsberg   et   Reinach-Werth)   et   couvre   une   période   s’étendant   de   la   fin   du   XIIIe   au   début   du   XXe   siècle.   Il   contient   en   outre quelques   archives   provenant   du   Directoire   de   la   noblesse   immédiate   de   Basse-Alsace   et   du   couvent   de   Truttenhausen.   Le   fonds   représente   un   volume d’environ 20 mètres linéaires, auxquels il faut ajouter 1588 chartes sur parchemin, dont la plus ancienne date de 1278. L’inventaire   du   chartrier   de   Niedernai,   publié   en   2000,   comporte   trois   volumes   :   l’inventaire   des   chartes,   l’inventaire   des   papiers   et   le   répertoire   des   sceaux. Seuls les deux premiers volumes sont ici présentés. Le répertoire des sceaux existe uniquement en version imprimée. Le   fonds   pourra   fournir   une   contribution   notable   à   l’histoire   de   la   noblesse   de   Basse-Alsace.   Sur   un   grand   nombre   de   sujets,   il   apporte   des   informations   d’un très   grand   intérêt   et   presque   entièrement   inédites.   Presque   tous   les   types   de   recherches   peuvent   y   trouver   quelque   chose   à   glaner,   en   particulier   l'histoire des   institutions   et   des   fiefs,   l'histoire   économique   et   agraire,   l'histoire   des   mentalités.   Il   se   révèle   surtout   irremplaçable   en   ce   qui   concerne   l'histoire   des localités   qui   ont   appartenu   aux   Bock   et   aux   Landsberg   :   Blaesheim   et   Gerstheim   pour   les   Bock,   Niedernai,   Meistratzheim,   Zellwiller,   Sundhouse   et Lingolsheim pour les Landsberg. L'histoire   politique   est   également   bien   représentée,   grâce   aux   papiers   de   fonction   de   Maximilien   Frédéric   de   Reinach-Werth   (1768-1823)   et   de   ses descendants.   Solidement   enracinés   à   Niedernai,   les   Reinach-Werth   ont   joué   un   rôle   important   dans   la   vie   politique   locale.   Pendant   trois   générations, Maximilien   Frédéric   et   ses   descendants   ont   occupé   le   fauteuil   de   maire   et   siégé   au   conseil   général.   Bénéficiant   d’une   forte   autorité   sociale   et   du   prestige attaché    à    leur    nom,    les    Reinach-Werth    ont    également    fait    carrière    dans    l’administration    préfectorale.    Maximilien    Frédéric    a    été    sous-préfet    de l’arrondissement   de   Strasbourg   (1815)   et   son   petit-fils   Félix   sous-préfet   de   Marennes   (1865-1867)   puis   préfet   du   Jura   (1873-1876)   et   de   Maine-et-Loire (1876-1877).
Le fonds de Turckheim-Truttenhausen  Le    fonds    de   Turckheim-Truttenhausen    est    en    dépôt    aux   Archives    de    la    Région   Alsace    depuis    octobre    2004.    M.    Brice    de   Turckheim,    demeurant    à Truttenhausen,   a   souhaité   mettre   à   la   disposition   des   chercheurs   une   partie   de   ses   archives   familiales   concernant   le   couvent   de   Truttenhausen   et   la   forêt   de Landsberg.   Ces   archives   sont   complémentaires   de   celles   que   conserve   la   Région   à   travers   le   chartrier   de   Niedernai.    En   effet,   le   domaine   de Truttenhausen   et   la   forêt   de   Landsberg   faisaient   à   l’origine   partie   du   patrimoine   de   la   famille   Landsberg,   l’une   des   trois   principales   familles   représentées   dans le   chartrier.   En   1805   et   1808,   François   Marie   de   Landsberg   a   vendu   ces   biens   à   Bernard   Frédéric   de   Turckheim,   ancêtre   de   M.   Brice   de   Turckheim.   La famille   de   Turckheim   en   est   toujours   propriétaire   à   l’heure   actuelle.   Outre   les   papiers   personnels   de   Bernard   Frédéric   de   Turckheim   et   de   son   fils   Frédéric Guillaume,   le   fonds   contient   essentiellement   des   documents   relatifs   à   l’administration   du   domaine   au   XIXe   siècle,   lorsque   Truttenhausen   était   déjà   en possession   de   la   famille   de   Turckheim,   mais   aussi   quelques   liasses   de   titres   plus   anciens,   transmis   par   les   Landsberg   lors   de   la   vente   de   1805.   On   y   trouve notamment   une   quinzaine   de   chartes   originales   provenant   de   l’ancien   prieuré   de   Truttenhausen,   dont   la   plus   ancienne   date   de   1292.   Il   faut   encore mentionner quelques documents émanant de familles alliées ainsi qu’une trentaine de chartes provenant de la corporation du Miroir de Strasbourg, datées des   années   1347-1569.   Ces   documents   sont   parvenus   dans   le   fonds   par   l’intermédiaire   de   Jean   IV   de   Turckheim,   qui   fut   l’un   des   administrateurs   de   la corporation. Le fonds de Turckheim-Truttenhausen est consultable avec l’accord du déposant. Le   fonds   de   Turckheim-Truttenhausen   n’est   pas   un   élément   isolé.   Il   doit   être   exploité   en   lien   avec   deux autres   fonds   qui   lui   sont   complémentaires   :   le   chartrier   de   Niedernai   conservé   aux Archives   de   la   Région Alsace   et   le   fonds   de   Turckheim   déposé   à   la   Bibliothèque   nationale   et   universitaire   de   Strasbourg   par une   autre   branche   de   la   famille.   Le   fonds   permet   de   compléter   le   chartrier   de   Niedernai   sur   un   point essentiel    :    la    gestion    du    domaine    de    Truttenhausen    et    de    la    forêt    de    Landsberg.    Il    apporte    une contribution   notable   à   l’histoire   agraire   et   à   l’histoire   forestière.   Les   papiers   de   Frédéric   Guillaume   de Turckheim permettent de reconstituer la gestion du domaine de Truttenhausen sur le long terme,
d’observer   les   continuités   par   rapport   à   l’Ancien   Régime   (la   perception   des   rentes   en   vin,   les   problèmes   de   droit   de   pâturage),   mais   aussi   de   constater   une certaine   évolution.   Au   XIXe   siècle,   le   souci   d’une   exploitation   plus   rationnelle   s’impose   :   recherche   de   meilleurs   engrais,   culture   des   plantes   fourragères, amélioration   des   instruments   aratoires.   Le   fonds   est   aussi   intéressant   pour   l’histoire   des   forêts.   La   fin   de   l’Ancien   Régime   avait   été   marquée   par   une   grave pénurie   de   bois   et   une   exploitation   forestière   intensive   dont   témoigne   notamment   un   important   dossier   concernant   les   forêts   dites   “   Gollische   Waldungen   . Ces   forêts   qui   n’appartenaient   pas   au   patrimoine   de   la   famille   de   Turckheim   étaient   situées   sur   les   Hautes   Chaumes   du   côté   lorrain.   Elles   ont   été   exploitées vers   1755-1766   par   une   véritable   compagnie   forestière   spécialement   constituée   à   cet   effet,   dont   faisait   partie   Jean   IV   de   Turckheim. A   partir   du   XIXe   siècle, les Turckheim mirent en œuvre un mode de gestion plus efficace de leurs forêts, avec création de pépinières et plantation régulière d’arbres.